Nouvelles escales pour les passagers de la Seine !

Deux nouveaux espaces portuaires, destinés au transport de passagers et aux activités d’animation et loisirs embarquées, viennent compléter le réseau de 23 escales déjà existantes dans le bief de Paris. Ils constituent des atouts supplémentaires pour le développement du tourisme fluvial en forte croissance dans la capitale et qui confirment le rang de Paris comme 1er port intérieur du monde pour le tourisme fluvial avec plus de 8 millions de passagers embarqués chaque année.

Port de Javel-Haut : relier Beaugrenelle à la Tour Eiffel

Pour assurer une navette fluviale entre le tout nouveau centre commercial Beaugrenelle et la Tour Eiffel, HAROPA - Ports de Paris a créé une escale pour bateaux à passager à l’aval immédiat du pont de Grenelle, Rive Gauche.

Cette escale, sous la forme d’un ponton flottant, accueillera en toute saison les Batobus qui assurent cette navette la journée et offrira le soir, la possibilité aux bateaux de type loisirs ou évènement de s’amarrer.
Ce nouvel aménagement comprend la réhabilitation du quai et un ponton flottant de forme arrondie répondant aux caractéristiques imposées par les Architectes et Bâtiments de France (ABF). Il s’insère ainsi parfaitement dans le paysage historique du site emblématique de la Statue de la Liberté
Financé à 35% par la région Ile-de-France, cet aménagement représente un investissement de 670 000€ (Etudes et travaux).


Située en face de la statue de la liberté, la nouvelle escale de HAROPA - Ports de Paris a été réalisée par Seine Design

Port d’Issy-les-Moulineaux : un port ouvert sur la ville

C’est au cœur de l’été  que les Isséens ont pu découvrir ce grand escalier monumental qui les mène désormais à la Seine. Les travaux, qui ont duré trois ans, ont laissé place à une berge réaménagée et accessible dorénavant à tous les publics. Désormais le riverain pourra déambuler sur les berges du port d’Issy-Les-Moulineaux dans un ensemble cohérent et harmonieux pour une nouvelle façon de vivre en bord de Seine. Le projet portuaire accompagne ainsi  la mutation des terrains d’entrée de ville par une nouvelle qualité d’insertion des ports et de leurs activités.
« Pour répondre à de nouveaux besoins de développement équilibré et durable,  l’enjeu de cet aménagement est double : pérenniser les activités industrielles présentes, utilisatrices du transport fluvial, et valoriser les berges de la Seine pour mieux les ouvrir aux promeneurs. Avec l’ouverture du port sur la ville,  c’est aussi un nouveau regard sur le port que l’on voit naître »  commente Alexis Rouque.

Dans cette logique de mixité d’usage entre activité industrielle et activités de loisirs, la  réhabilitation révèle aujourd’hui, à l’amont du pont d’Issy, une berge active et vivante à travers deux zones majeures : une zone d’escale à passagers et une zone de promenade publique le long des berges de la Seine, ouverte le week-end et les jours fériés et accessible aux Personnes à Mobilité Réduite.


Les activités de tourisme et de loisirs côtoient les installations industrielles dans le cadre de séquences d’aménagement qui restaurent la continuité du cheminement piéton le long du fleuve. Une mixité des usages dans le temps, qui permet de concilier logistique vertueuse et agrément pour les riverains 

Des escales pour les passagers du fleuve
La zone d’escales à passagers longue de 190 m,  est à la fois le point d’entrée et la transition vers la promenade à caractère plus naturel. Elle est envisagée comme un espace urbain fortement animé puisqu’elle est destinée à accueillir des bateaux de croisière  et une éventuelle future ligne de transports publics fluviale. Génératrice de flux importants, elle a été conçue comme un espace très ouvert, créant une vue dégagée sur la Seine. Un quai accueillera les bateaux de 60m max et un autre de  les bateaux de croisière de 120m max.  Deux établissements flottants d’installations à Caractère d’Animation et de Loisirs (ICAL) y prendront place prochainement

Les bords de Seine rendus aux promeneurs...
La promenade en bord de Seine s’étend depuis Sèvres jusqu’au parc André Citroën, redonnant accès au fleuve au grand public. Elle  longe en partie les sites industriels et sera ouverte au public les seuls week-ends et jours fériés. Les travaux ont permis de requalifier les espaces de circulation,  les accès et les revêtements de sols ont été rénovés. La mise en lumière sublime le sol d’une façon quasi artistique par des projections scénographiques et les façades urbaines et fluviales sont mises en valeur.
La végétalisation des lieux se concrétise par la plantation d’une dizaine d’arbres et la mise en place de jardins flottants qui s’intègrent dans la politique globale de HAROPA – Ports de Paris, en faveur de l’environnement.

... Et sur l’eau flottent des jardins
Esthétiques mais pas seulement, ces jardins flottants sont disposés au pied du pont d’Issy, Constitués de bacs flotteurs circulaires en acier, ils sont constamment en mouvement, tournent sur leur axe, suivent les courants et les fluctuations du fleuve. Essentiellement composés de nénuphars et de carex, ces jardins participent à la préservation de la biodiversité du fleuve : ils constituent des aires favorables au développement d’espèces comme les libellules, permettent la nidification des oiseaux, et peuvent devenir un refuge pour les poissons, leur apportant l’alimentation nécessaire proche des lieux de frayère.


 
Grâce à un parti pris de grande qualité architecturale et de mixité de l’offre et de services, le nouvel aménagement du port d’Issy-les-Moulineaux contribue au renforcement de l’attractivité des bords de Seine. Conçu pour s’intégrer durablement dans le quartier, le port préserve ainsi des espaces paysagers et végétalisés. L’achèvement de la zone d’activité industrielle prévue début 2017 transformera le quartier dans la continuité de la requalification de l’ensemble portuaire.

Réalisation du projet :
La maîtrise d’œuvre a été désignée à l’issue d’un concours. Il s’agit du paysagiste HYL (mandataire de l’équipe), du cabinet Feichtinger Architectes (qui a signé la passerelle Simone de Beauvoir), du bureau d’études « voieries et réseaux divers » Coplan (groupe Ginger), du bureau d’études « hydraulique et ouvrages fluviaux » ISL et de l’agence de mise en lumière Coup d’Eclat. 

Coût de l’aménagement : 17 M€ HT
La Région Ile de France soutient cette opération à hauteur de 35%, soit 3 057 950 € dans le cadre du Contrat de projet Etat-Région 2007-2013.